Fabrication des cosses de voiles

Publié le par Pascal Coquet

Fabrication des cosses de voiles

(Cosses toujours, tu m’intéresses !)

Comme chacun le sait, les cosses sont des rondelles métalliques pourvues d’une engoujure sur leur pourtour. Il existe également des cosses en forme de cœur souvent utilisées pour garnir les boucles des câbles métalliques.

Conseil : au lieu de les fabriquer à la hâte au moment de gréer une maquette, mieux vaut les avoir sous la main en se constituant une réserve de cosses de différentes grosseurs, ce qui garantira un travail plus soigné.

3 méthodes (à ma connaissance) permettent d’obtenir des cosses de plus en plus conformes à la réalité.

Fabrication des cosses de voiles

1ère technique : Découper des rondelles de tubes de cuivre, de laiton, ou d’aluminium. On pourra au besoin les passer au bain brunissant, ou encore les peindre à l’aide d’un mélange de vert et de blanc afin d’imiter la couleur d’un métal oxydé. Procédé simple, mais ces cosses ont l’inconvénient de ne pas présenter une goujure nécessaire au blocage du cordage qui les entourera.

2èm technique : Moins pire. On utilise des tubes métalliques dont la paroi est plus épaisse, ce qui nous permettra d’obtenir des rondelles dont on réalisera la goujure externe à l’aide d’une fine lime. Pensez aussi à araser un peu le bord intérieur du trou pour lui faire perdre son aspect anguleux.

Fabrication des cosses de voiles

3ème technique : Procéder comme dans la réalité, à savoir façonner les cosses par emboutissage du métal.

Pour cela, le modéliste aura besoin d’outils appropriés. (voir photo). On trouve dans les grandes surfaces de bricolage des outils présentant une extrémité pointue et conique utilisable pour emboutir des rondelles métalliques de 2 mm de diamètre et plus. Pour les plus petites rondelles, on fabrique soi-même, en limant des extrémités de tiges métalliques, voire de clous de charpentier. Accessoires indispensables : des plaques de bois, ctp ou autres.

On commence donc par scier des rondelles dans des tubes en laiton, cuivre ou aluminium, dont les diamètres seront déterminés en fonction de l’échelle du modèle, et par conséquent de la grosseur des différents cordages, ralingues ou autres. Cela fait, on débarrasse toutes les rondelles des copeaux et autres traits de scie par un méticuleux ponçage à la lime de chaque côté des rondelles. L’emboutissage s’effectue en présentant le poinçon (choisi en fonction du diamètre de chaque cosse) sur le milieu de la rondelle posée sur son «tas», puis en le faisant tourner sur lui-même tout en exerçant une pression aussi forte que possible. En quelques minutes, s’amorce la forme en collerette de la future cosse. On la retourne et on recommence de l’autre côté. On aura compris que le fait de tourner le poinçon de métal dur sur une rondelle de métal mou (ou moins dur) provoque l’échauffement de ce dernier et facilite sa déformation. Ce n’est pas facile mais le résultat est au rendez-vous, on obtient par ce procédé des cosses tout à fait présentables et totalement fonctionnelles.

Extrait d’un article de la revue MRB n° 564

Publié dans Trucs et astuces

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article